dimanche 22 janvier 2012

Eternelle demoiselle

  Hier samedi, c'était l'anniversaire de mon amie Lisa Lajoie. Pour tout vous dire, Lisa Lajoie n'est pas vraiment mon amie, à part sur facebook, et sans facebook je n'aurais jamais su – ni vous non plus – qu'elle fêtait samedi son vingt-neuvième anniversaire, nos relations s'étant interrompues à la fin de notre année de quatrième au cours de laquelle Lisa, dont je garde un souvenir mitigé, et moi-même, étions élève dans la même classe.

  Je n'ai pas eu le temps de le faire le jour-même, mais aujourd'hui, en consultant mon compte, l'idée m'est venue de consulter le mur facebook de Lisa Lajoie, ce que je n'avais pas fait depuis belle lurette.


  Lisa Lajoie paraît comblée par la vie : un travail, un toit, une vie de ménage ; tout a l'air d'aller pour le mieux dans le meilleur des mondes pour Lisa, et je m'en réjouis.

  Pour en avoir le cœur net, je me lance dans la lecture de son mur, et notamment des dix-huit messages qui lui ont été adressés la veille pour son anniversaire. Je m'arrête sur celui d'un certain Alban Grovent, qui a l'air d'être un ami proche vu le nombre de fois où il apparaît sur les photos de Lisa que je viens de consulter.

  En effet, le message d'Alban Grovent est on ne peut plus cordial, avec cette abréviation « m'dame » qui semble traduire des sentiments amicaux et sincères, suivie d'une recommandation attentionnée à l'égard de Lisa Lajoie.

  Quatre commentaires ont été laissés suite à ce message. Je déroule l'ensemble de la conversation. Lisa Lajoie, touchée par les vœux de son ami Alban Grovent, l'a certainement remercié chaudement pour son intervention.

  En fait, non. On dirait que Lisa Lajoie n'a pas trouvé le message à son goût. Bien-sûr, elle remercie quand-même, en imitant le texte d'Alban, qu'elle nomme « m'sieur », mais la deuxième phrase jette un léger froid, et le smiley souriant « clin d’œil » ne parvient pas à en atténuer l'effet. Lisa Lajoie, quasi-trentenaire, comblée par la vie, apparemment heureuse en ménage, n'apprécie pas qu'on l'appelle « Madame », et elle le fait savoir.

  Le pauvre Alban Grovent en a été pour ses frais, lui qui pensait faire plaisir, le gros maladroit ! Il semble avoir passé la soirée à se demander comment rattraper la grosse gaffe qu'il a commise, et c'est à une heure du matin seulement qu'il répond à Lisa.

  C'était bien tenté, en effet comme on l'a appris il y a quelques mois, le « Mademoiselle » est tombé aujourd'hui en désuétude.

halté 4   Non, vraiment, Lisa y tient, à son « mademoiselle » : plus jeune, plus léger, plus romantique, plus indépendant, plus indéterminé, plus séduisant que le « madame » un peu bourgeois et un peu trop rangé. Plus en accord, il faut le croire, avec la vie bohème et libre que Lisa doit vraisemblablement mener.

  J'ai continué à lire les autres messages d'anniversaire, et je suis tombée sur celui d'une autre amie de Lisa Lajoie.

  En voilà une nouvelle ! Mademoiselle Lisa Lajoie attend un enfant dont la naissance est d'ailleurs imminente. On comprend quand-même un peu pourquoi Alban Grovent n'a pas jugé déplacé d'appeler « Madame » son amie future mère, et un tout petit peu moins pourquoi celle-ci semble allergique à ce titre de civilité... Beaucoup de gens pensent que quand on vit en ménage dans un petit pavillon à Bovillage, qu'on attend son premier enfant et qu'on travaille aux 35 heures, on est à même de supporter cette appellation, mais c'est sous-estimer la délicate sensibilité de certaines jeunes femmes raffinées.

  En tout cas la pauvre Lisa Lajoie risque de passer par des moments fort désagréables avec l'arrivée de ce « petit ange »... Dès la naissance, en fait :

- Félicitations, Madame, c'est un garçon !

- Mademoiselle !

Le lendemain :

- Bonjour Madame, je suis la puéricultrice, je viens donner le bain à votre bébé.

- Mademoiselle !

Un peu plus tard :

- Je suis désolée, Madame, il ne reste plus de gigoteuse en taille six mois...

- Mademoiselle !

Et peut-être, un beau jour, quand « Petit ange » apprendra à parler :

- Ma ma ma ma... MAMAN !

- MADEMOISELLE !

 

 

 

Essaie encore, Alban...


6 commentaires:

  1. Mademoiselle a le blues. Ne soyez pas trop jalouse.

    RépondreSupprimer
  2. Est-ce qu'elle ne tenterait pas un gros appel du pied à Roger pour qu'il la demande ENFIN en mariage par hasard ?

    RépondreSupprimer
  3. Alban est d'une lourdeur... Quant à elle, à ta place, je pense que je m'en serais aussi arrêtée à la 4è.

    RépondreSupprimer
  4. Mademoiselle n'a pas fini de râler ! Ce sont les hormones ?

    RépondreSupprimer
  5. Se crisper pour un nom commun, franchement... c'est le genre de réaction qui me dépasse! Qu'est-ce que ça doit être quand elle fait la queue à la Sécu, que la boulangère lui donne une baguette trop cuite ou que sa voiture tombe en panne ?

    RépondreSupprimer
  6. <a href="http://25 décembre 2012 à 00:34

    Il serait en pleine dépression que cela ne m'étonnerait pas.

    RépondreSupprimer

Banal ou pas, laissez un commentaire !