lundi 13 février 2012

Trêve hivernale

   La trêve hivernale, protégeant certains individus en situation précaire contre les coupures de gaz ou d'électricité en cas d'impayés, dure du 1er novembre au 15 mars.

  Nous ne sommes sans doute pas en situation précaire, mais grâce à la grande libéralité de notre agence immobilière, GdF a fait mieux encore pour nous qu'une simple trêve hivernale. Depuis dix-huit mois que nous sommes locataires de notre appartement, nous avons été chauffés gratuitement. Jamais une facture, jamais un relevé de compteur. Il faut dire que nos prédécesseurs dans le logement nous avaient assuré que le chauffage était compris dans les charges (que je trouvais bien faibles, soit dit en passant, mais qui s'en plaindrait ?). Alors pourquoi mettre leur parole en doute ?

  Sauf que je viens de retirer à la Poste un recommandé avec accusé de réception de notre agence immobilière me demandant de bien vouloir renvoyer un document spécial signé et daté à GdF pour établissement d'un contrat. Cela aurait été si simple de nous le remettre le jour de la signature du bail. Il y a un an et demi.

  « Attention aux coupures », nous avertit aimablement notre agence immobilière, ajoutant, légèrement menaçante : « Nous vous faisons remarquer que vous n'avez rien réglé à GdF depuis votre arrivée dans les lieux ». Et pour cause...

  Notre agence immobilière a donc mis la bagatelle de dix-huit mois à se rendre compte que nous n'avions pas établi de contrat avec GdF – et par la même occasion, que les précédents locataires, eux, n'ont jamais réglé leur consommation de gaz. La surprise n'est pas très agréable pour nous, mais ce n'est rien en comparaison du choc que nos prédécesseurs vont ressentir en ouvrant le courrier que l'agence immobilière leur a, peut-être, adressé :

« Madame, Monsieur,

J'ai l'honneur de vous demander de contacter GdF afin d'établir un contrat rétrospectif de consommation de gaz et d'eau chaude pour les dix années que vous avez passées dans l'appartement que vous avez quitté il y a un an et demi.

Je ne peux que vous conseiller de vous assurer que l'état de vos finances vous permettra de régler votre arriéré de dettes s'élevant, après une rapide estimation, à une dizaine de milliers d'euros. Il serait peut-être bon d'annuler votre séjour au ski pendant les prochains congés scolaires, voire vos vacances d'été, en prévision de la régularisation de vos charges.

Je vous prie d'agréer, Madame, Monsieur, l'assurance de ma très grande considération la meilleure. »

  Pas de trêve hivernale pour les mauvaises nouvelles.

4 commentaires:

  1. Ah, sale ! Même chez EDF ils sont plus réactifs, si j'en crois mon expérience personnelle (2 mois seulement avant de couper l'électricité)...

    RépondreSupprimer
  2. C'est injuste comme l'incompétence peut nuire ! Bon courage à vous Albane.

    RépondreSupprimer
  3. <a href="http://23 février 2012 à 00:42

    Parfois on se demande s'ils ont vraiment envie d'être payés.

    RépondreSupprimer

Banal ou pas, laissez un commentaire !