dimanche 9 février 2014

La coupable

Je me sens un peu confuse : voilà quelques jours, trop de jours, que je n'ai rien publié sur ce blog.

J'en suis responsable, certes, mais permettez-moi aussi de désigner la principale coupable, celle qui a fait son entrée il y a quelques semaines dans mon foyer et qui m'a détournée de mon clavier tout neuf. C'est elle qui, ces jours derniers, m'a irrésistiblement attirée à elle, et c'est devant elle que je me suis assise cette semaine au lieu de m'installer devant mon écran.

Il faut dire qu'elle a su me charmer. Il suffit d'une pression sur la pédale pour qu'elle commence à ronronner doucement, et que, mue par cette musique entraînante, elle se mette à danser. Un pas à gauche, un pas à droite, en avant, en arrière, l'aiguille se lève et s'abaisse avec une régularité mécanique et docile, traçant en pointillés son empreinte sur le tissu qui défile sous sa pointe, tandis que tout là-haut virevolte telle une ballerine la bobine qui déroule son fil dans un tourbillon effréné.
Et en quelques pressions de pédale, et quelques coups de ciseaux, le miracle s'accomplit. Le coupon plat prend forme et, pli par pli, point par point, fronce après fronce, sur le plateau de la machine à coudre, l'ouvrage apparaît, imparfait certes sous les doigts de la couturière débutante, mais qu'il remplit tout de même de satisfaction et de fierté.

Il ne manque qu'une chose : un peu de soleil, pour le voir porté sur de petites épaules potelées plutôt que sur le bois d'un cintre.



 
Rendez-vous sur Hellocoton !

9 commentaires:

  1. Félicitations pour cette nouvelle arrivée !!! Mais méfiez vous... quand on est pris par le virus on n'en guérit plus. Et un vêtement sur le dos de quelqu'un vous donne des idées, et un coupon de tissu, une paire de rideaux même parfois, et ce sont des démangeaisons dans les doigts. Et on en rêve la nuit, et dans les conversations... ce ne sera plus les couches et les dents du petit dernier, ce seront les points surjets, plis fronces, coutures anglaises qui hanteront vos jours et vos nuits. Maintenant que vous voilà prévenue, je vous souhaite plein de beaux moments et de belles réalisations ;)

    RépondreSupprimer
  2. D'où l'expression "à plate couture". La machine à coudre a battu le blog à plate couture. J'aimerais être aussi débutant que toi dans un tas de domaines...

    RépondreSupprimer
  3. comment tu sais bien causer ! Ah la vache ! ;-) Franchement, avec toi, la couture devient un moment d'extase rien qu'à te lire ! Bravo ! Et cette robe est bien mignonne....

    RépondreSupprimer
  4. Elle en a de la chance cette petite fille ! C’est le genre de robe sur laquelle elle retombera des années plus tard, pliée dans du papier de soie au fond d'un vieux tiroir et qui symbolisera pour elle, tout l’amour de sa maman.

    RépondreSupprimer
  5. Tu vis une vie de luxe : nouveau clavier, nouvelle machine à coudre... et tu en sors une robe et un article luxueux !!!

    RépondreSupprimer
  6. Mazette ! c'est du joli travail ! Sûre qu'en ce moment les petites épaules potelées supporteront davantage un petit tricot, peut être le prochain billet ?

    RépondreSupprimer
  7. Bravo, moult et grands bravos pour cette magnifique petite robe ! Il y a une petite chanceuse si j'ai bien compris...

    RépondreSupprimer
  8. <a href="http://11 février 2014 à 01:23

    Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer

Banal ou pas, laissez un commentaire !