samedi 10 décembre 2011

Dialogue de sourds

  Midi. Les enfants viennent de passer à table. Pour le moment ils sont calmes, les assiettes sont posées devant eux, je donne son repas au plus petit, les plus grands tentent se débrouillent à peu près tous seuls, avec mon aide quand elle s'avère nécessaire.
  Le téléphone sonne. Je n'ai jamais tellement aimé téléphoner, mais là ça tombe vraiment mal. Je vais décrocher.
- « Allo Albane ? C'est Noémie ! »
  Je lui glisse que je suis en train de faire manger les enfants, mais Noémie, qui ne m'a pas demandé si elle appelle au bon moment, n'a qu'un bébé de quelques mois seulement, elle ne se rend peut-être pas encore bien compte... J'aurais dû lui proposer de la rappeler plus tard, mais, pleine d'optimisme, je n'en ai rien fait, pensant bien pouvoir bavarder paisiblement un quart d'heure tout en surveillant les enfants.
  Grossière erreur. Au bout de trois minutes, ils ont bien compris que je n'étais plus là pour eux, et se sont mis à parler. Puis à rire. Puis à parler encore plus fort. Impossible d'entendre quoi que ce soit. J'ai beau gesticuler en silence pour leur intimer de rester assis et de manger, fronçer les sourcils à l'excès, le tout en continuant ma conversation avec Noémie, ils se lèvent, font tomber leurs couverts, chahutent, s'esclaffent, pouffent bruyamment.
- « Pardon, qu'est-ce que tu as dit, Noémie, tu vas suivre une formation ? »
- « Oui, une formation de ...................... »
- « De quoi, pardon ? »
- « Une formation de ................. »
- « Attends, excuse-moi, tu peux répéter ? »
- « Une formation de ........................... »
- « Désolée mais je n'ai toujours pas entendu ? »
- «  Tu as les oreilles bouchées, tu es enrhumée peut-être ? »
- « Non, non, ce sont les enfants qui font beaucoup de bruit, là, tu comprends. Les enfants, du calme ! Donc, tu disais, ta formation ? »
- « Oui, une formation de......................... »
  Les oreilles bouchées ! A croire qu'elle n'entend pas le vacarme qui m'environne. Les chers trésors ont vraiment décidé de me faire payer le temps que je passe au téléphone avec une amie au lieu de le consacrer intégralement à leurs petites personnes. Je n'ai toujours rien saisi, mais j'hésite à reposer la question. Noémie n'a pas l'air de comprendre encore tout à fait la difficulté, elle verra bien quand son bébé aura grandi. En attendant, je déclare forfait :
- « Ah, oui, ah, très bien, très intéressant cette formation, Noémie. »
  Autant vous dire que j'appréhende un peu le prochain coup de fil. « Au fait, ta formation, Noémie, rappelle-moi...? »

4 commentaires:

  1. Bonjour Albanie, Bienvenue dans la communauté "Auto-histoires de vie..." où tu as toute ta place et longue vie à ton blog. Amicalement. Luigi

    RépondreSupprimer
  2. Moi, au bout de trois "pardon, je n'ai pas entendu", je lâche aussi l'affaire... Mais c'est plus une question de surdité personnelle !

    RépondreSupprimer
  3. <a href="http://18 décembre 2011 à 17:11

    C'est vrai, il faut toujours revenir aux basiques.

    RépondreSupprimer

Banal ou pas, laissez un commentaire !